image

Bruxelles 1997-2007

"Quête d’identité" - détail En savoir plus
image

Bruxelles 1984-1992

"Autoportrait ou en pensant à Dyonisos" En savoir plus
image

New York 1980

"Rencontre au miroir" En savoir plus
image

Londres 1973 -1974

"autoportrait au couple" - détail En savoir plus
  • 1

Bruxelles 2008-2015

Ma recherche dans le domaine du développement personnel me conduit à écrire davantage d’articles sur l'homme et le symbolisme qui l'habite tout au long de sa quête de sens. Les mots parlés ou écrits deviennent de plus en plus le mode d’expression incontournable des mouvements de ma pensée et de mes émotions.
Déjà en 2007, cet attrait pour l’écriture opère un glissement de mon travail plastique vers le papier à travers la gravure et la réalisation d’un ouvrage qui associe écriture et image, intitulé Caryatides, publié chez Didier Devillez Editeur.
Il se poursuit actuellement par la série des Fogli, de grands papiers qui s’élaborent par strates superposées en incluant ce temps de la tapisserie fait de moments entrecoupés entre le travail, l’intendance, le quotidien, les obligations, les partages, les liens, la vie.
J’apprécie leur légèreté presque immatérielle. J’aime pouvoir les quitter sans craindre de les abandonner quand durant des jours entiers, je ne peux pas me rendre dans mon atelier. Le papier m’attend, toujours disponible. Il ne souffre pas de mon absence. Je peux le reprendre immédiatement à l’endroit de la dernière rencontre, tremper mes doigts dans la colle, déchirer des bandelettes, les appliquer. C’est si facile de lui parler avec mes doigts. Je peux suspendre mon papier, le regarder, rêver. Imaginer la suite. Puis le laisser à nouveau. Parce que mon autre travail m’attend. Parce qu’il faut faire les courses, lire le courrier, aller à la banque… Et puis aussi, passer du temps avec ceux qui me sont chers. Les Fogli et moi, nous nous disons toujours «bonjour, comment vas-tu ?» avec bonheur. Nos séparations n’altèrent pas l’intimité de notre relation. Je les fabrique à partir des mythes qui tapissent mon, notre, imaginaire. À l’écoute des archétypes qui habitent le monde féminin.

La lettre de Pénélope s’écrit au fil de l’attente à la façon d’une dentelle de mots. C’est une rencontre avec l’absence à travers cette part de nous qui en toute femme, en tout homme, un jour, attend.
Le manteau de la Caryatide épouse le dos de la femme qui porte et dont l’effort devient parure.
La robe mariale nous parle d’un temps de notre inconscient quand le féminin en nous rêve encore d’enchantement.

Faute d’un autoportrait en cours j’ai choisi cette photo de moi intitulée Pénélope.

Pénélopes - Photo Renaud Schrobil

Je montre mon travail à l’occasion d’évènements.
Et dans des expositions collectives à Bruxelles à l’Artothèque de Wolubilis (Voir l'exposition) et à la Galerie.be,
à Gand à la galerie Art-Track (Voir l'exposition),
à Marseille avec la galerie d’Expression d’Art 2013 (Voir l'exposition).

Les fogli

  • Pénelope une petite présentation
  • La Lettre de Penelope
  • La lettre de Pénélope détail
  • La lettre de Pénélope
    phrase-détail
    Photo Renaud Schrobiltgen
  • La lettre de Pénélope
    phrase-détail
    photo Renaud Schrobiltgen
  • La robe mariale détail
  • La robe mariale
  • Le manteau de la Caryatide détail
  • Le manteau de la Caryatide

Je suis les cours de gravure en techniques hypo-toxiques avec Filip Leroy à l’Académie Beeldende Kunsten Anderlecht, Bruxelles.

Sisyphe, a fait l’objet en 1997, d’une première approche picturale à travers la photo. En 2008, j’aborde de nouveau ce thème par le biais de gravures réalisées dans l’Atelier en techniques hypotoxiques dirigé par Filip Leroy à l’Académie Beeldende Kunsten Anderlecht / Bruxelles. Avant la série des Fogli, ce travail de gravure m’a fortement sensibilisée au papier, aux surprises qui se révèlent sur sa surface et qui selon la texture, la peau de la feuille, son humidité franche ou sa moiteur timide, selon la pression de la presse, affirmée ou semblable à une caresse tout juste appuyée, influencent si mystérieusement le rendu de l’image.

« Épreuves de l’épreuve, épreuves gravées, vous scandez la répétition de ce toujours le même et pourtant en y regardant de plus près de ce tout autrement à travers l'identique que chacun à notre tour nous marquons de ce signe unique où s'origine notre signature ! »

Extrait du manuscrit en cours : Sisyphe, Viviane Cangeloni, 2008

Gravures

  • Sisyphe 2008
  • Sisyphe 2008
  • Sisyphe détail 2008
  • Sisyphe 1997 - 49x47cm 1997