Expositions

Caryatides 2007

Présentation publique du livre Caryatides à la bibliothèque de Schaerbeek-Bruxelles.


  • Caryatides Présentation publique du livre Caryatides
  • Caryatides Présentation publique du livre Caryatides
  • Caryatides Séance de dédicaces
  • Caryatides Oeuvre originale
  • Caryatides Oeuvre originale
  • Caryatides La couverture et l'original
  • Caryatides Oeuvres originales


Extrait de l'ouvrage Caryatides.

Statue de femme soutenant une corniche sur sa tête, toi, qui a pour nom Caryatide, j’ai
consulté ta définition comme jadis on interrogeait l’oracle.
Caryatide, qui es-tu ?
Que portes-tu, femme de pierre, tandis que mon dos, mes bras, ma nuque à chaque effort
me parlent de toi ?
L’histoire te classe dans la lointaine mythologie grecque. Mon expérience témoigne d'un lien
vivant, actuel et porteur de sens. Celui qui s’établit entre le symbolisme universel incarné par
un récit mythique et le particulier d’une existence humaine, quand dans notre vie surgit ce
phénomène étonnant : nous sommes un morceau du mythe à l’oeuvre !


La complainte de la Caryatide

La pluie ruisselle doucement
Sur les colonnes du Temple.
C’est mon dos qui pleure.
Pleure mon dos,
Pleure !
Pleure les cristaux des larmes saisies aux frimas des neiges solitaires.
Poche des eaux de mon dos,
Enfante les ruisseaux.
Et que fleurissent les joncs, les iris et la violette.
Que verdissent la mousse
Aux bords de vos lèvres humides.
Buvez, mes os ! Buvez, mes muscles !
Buvez, mes nerfs !
Buvez cette sève de mes larmes.
Me voici manchote, à porter depuis si longtemps le Ciel.
Les oiseaux par milliers
Griffent mes pensées.
Ligatures, ligatures, de mon cou
Dénouez ce lacet de l’effort infligé.
Pleure mon dos,
Pleure !
Que vos eaux répandues,
Me fassent nymphe ou naïade ou même berge.
Mais que sur la Terre je m’étende !
Laissez-moi ployer jusqu’au sol lointain de mes pieds.
Ce Ciel est trop lourd à porter.

Viviane Cangeloni © 2005
Caryatides, chez Didier Devillez Éditeur 


Voir le livre